Découvrez le nouveau site Web de Parents tout inclus sur parentstoutinclus.com

Yoga prénatal

Le 25 novembre 2009, j'ai sans aucun doute vécu la plus incroyable expérience de ma vie... l'accouchement de mon premier enfant, mon petit Matthew. Cette journée aurait probablement été très différente si je n'avais pas suivi le cours de yoga prénatal. Durant les périodes, j'ai appris à respirer, à me recentrer sur moi-même, à me faire confiance, à croire en mes capacités de femme, à communiquer avec ce petit être qui grandissait en moi. Bref, voici un résumé de cette journée toute particulière.

Je savais déjà depuis quelques semaines que mon fils se présentait par le siège. Mon médecin prévoyait déjà une césarienne et ne voulait même pas tenter la version parce que le bébé était déjà trop descendu dans mon bassin. Les chances qu'il se retourne étaient quasi nulles. Mais pour moi qui avait la conviction que je pouvais accoucher naturellement, c'était inconcevable. Suivant les conseils de Betty, j'ai beaucoup communiqué avec mon enfant, lui répétant que s'il pouvait se tourner, cela faciliterait sa venue au monde. J'ai pratiqué différentes positions de yoga afin d'ouvrir mon bassin pour lui donner le plus d'espace possible pour qu'il se place enfin. Mais malgré tout, Matthew a refusé de bouger. Semaine 37, césarienne prévue à la 38e, je rencontre mon médecin. Je lui explique à quel point c'est impensable pour moi d'avoir une césarienne et que je souhaite fortement tenter une version. Elle accepte. Je suis à l'hôpital. J'attends la venue du gynécologue. J'ai téléphoné à mon conjoint pour qu'il vienne me rejoindre étant donné les risques de déclenchement liés à cette manœuvre. En plus, j'avais dit à mon fils dans l'auto en montant à la clinique: «C'est une magnifique journée pour sortir aujourd'hui, bébé.» Trente secondes avant que le gynécologue entre dans ma chambre pour pratiquer la version, je crève mes eaux. Quelle surprise!!! Un peu ébranlée, j'attends avec impatience la suite des événements. Mon médecin discute avec le gynécologue qui s'approche de moi et me propose un accouchement par le siège. Wow!!! MOI, j'ai la chance de mettre mon enfant au monde par voies naturelles, alors que cette pratique se fait de plus en plus rare... Il est 17h30. Le médecin me suggère de bien me reposer cette nuit, qu'on devrait se revoir le lendemain matin. Parfait!!! Les heures passent, mon chum s'installe pour la nuit, moi aussi. Les lumières sont éteintes. Tout est calme. J'ai l'impression d'être en transe, dans un autre monde. J'ai mal, mais on dirait que mon corps et mon esprit ne veulent pas s'avouer cette douleur. La jeune infirmière vient me voir à l'occasion pour me demander si ça va, je lui réponds toujours que j'ai mal dans le bassin, mais sans plus. Je ne suis branchée sur aucun moniteur, je marche tranquillement dans la chambre. Tout semble irréel et je me répète sans cesse : «Quand les contractions vont embarquer, ça va faire mal...» À minuit, je suis assise sur la toilette et j'ai un profond besoin de pousser. Je sens quelque chose entre mes jambes. Je réveille mon homme et appelle l'infirmière. J'avais fait tout mon travail seule et ce «quelque chose» entre mes jambes, eh bien, c'étaient les pieds de mon fils qui sortaient. J'ai cependant dû avoir recours à la péridurale par recommandation du médecin, étant donné que le bébé se présentait maintenant par les pieds et qu'il y avait des risques plus élevés de complications. À 3h22, je tenais enfin ce petit être tant attendu et aimé dans mes bras.

Si je vous raconte mon histoire, c'est parce qu'il faut croire au lien unique et puissant qui existe bel et bien entre la mère et son enfant qui se développe au tout début de la grossesse et qui dure le reste de la vie. Il faut croire aussi en notre capacité en tant que femme d'accoucher. Oui, ça fait mal... mais après, j'étais tellement fière de moi, de nous, car ce fut un extraordinaire travail d'équipe entre mon fils, mon conjoint et moi. Quand j'y repense, cette transe que je ressentais, je suis convaincue que c'est ça l'endorphine que le corps sécrète lorsqu'il souffre et dont Betty parlait. Et lorsqu'elle dit de respirer et de rester calme, écoutez-la, c'est aussi vrai!!! Lorsque je me suis inscrite au cours de yoga, c'était par simple curiosité. Finalement, cela s'est avéré être ma voie... la voie qui m'a permis de vivre un accouchement unique.

Merci Betty de m'avoir transmis ton savoir, tes connaissances et ta vision. Cela a été grandement bénéfique pour moi. Lorsque le temps d'accoucher est arrivé, j'étais informé et prête. Je savais ce qui m'attendait. Sans toi, j'aurais quand même réussi, parce qu'il doit sortir d'une manière ou d'une autre cette petite bête-là, mais tout aurait été si différent, et ça, j'en suis convaincue. Mille fois merci!!!

Caroline Mathieu


Allaitement

Bonsoir Betty!
Juste pour te dire... Felicia est née samedi passé... Journée que j'avais prévu pour tout compléter avant l'accouchement... Coïncidence??? Je te compterai...
Le travail s'est très bien déroulé, il a duré environ 7 heures en tout, ce dont je suis fière. J'ai perdu mes eaux à 7h00AM, mais aucun travail n'était commencé. On s'est donc rendu au CHUL très paisiblement, en mangeant notre Tim Hortons... J'ai forcé jusqu'à 7 de dilatation, j'aurais pu l'avoir naturel facile, mais Felicia avait 2 tours de cordon autour du cou et du corps, donc les docteurs ne voulaient pas prendre de chance pour son p'tit coeur qui diminuait de rythme rapidement... Alors, ils ont utilisé la ventouse et ont réagi rapidement. La poussée a duré 35-40 minutes. Elle a l'air d'une vraie petite italienne, c'est mon chum en mini et au féminin!!! Trop cute!!!
Pour ma part, je me porte super bien, tout se replace rapidement, grâce à l'allaitement!!!

Tu devrais me voir Betty, je suis pas mal fière de nous! Felicia m'a montré comment allaiter, elle a pris le sein comme un gros hamburger dès la naissance, malgré sa petite taille (5 livres et 10 onces, 50 cm). Elle tète souvent (aux 2 heures présentement), une vraie horloge biologique, mais elle tète bien. J'ai eu ma montée de lait aujourd'hui, je me suis extrait du lait (wow, quel feeling!!!) et mon chum m'aide un peu la nuit en lui donnant au gobelet. C'est ainsi que j'arrive à combler mes heures de sommeil!!! Mon chum est un vrai bon papa, il m'impressionne vraiment, je crois qu'il se découvre des talents lui aussi... Felicia est en pleine santé, elle prend du poids à chaque jour et n'a pas de jaunisse. Je suis pro-allaitement et mon chum commence à comprendre, malgré sa réticence depuis le début... Il se sent parfois impuissant, mais je lui dit de m'aider autrement. On s'ajuste et ça va bien.

Je t'écris tout ce e-mail pour te remercier, surtout pour la confiance que tu as su instaurer en moi... C'est pas évident de devenir maman du jour au lendemain, mais les infirmières sont toutes restées impressionnées à savoir qu'on était aussi bien préparés pour un premier bébé... Nous sommes restés 36 heures à l'hôpital, rien de plus.

VIENS VOIR FELICIA QUAND T'AURAS UNE MINUTE, tu es la bienvenue. Moi, je profite de mes vraies vacances à la maison... et je m'appelle désormais Madame Québon...

Mélanie xx

Bébé explorateur

Tu es une bonne animatrice qui laisse beaucoup de place à la participation. Un des méga point fort Betty c'est que peu importe qui parle, de quoi on parle, comment on en parle, je n'ai jamais senti la moindre pointe de jugement. On connait tes opinions mais tu es capable d'écouter, de guider, de conseiller et de rechercher une solution même en dehors de tes croyances. Ça fait du bien!


La chanson "Je t'aime" est devenu la chanson de la famille. Mon fils la chante à sa soeur lorsqu'elle pleure. Toute la famille la chante le soir avant le dodo.

Tu connais ce dont tu parles et tu y crois. Ce qui fait que j'ai le goût de te suivre même si souvent tu ébranles mes croyances. Je crois que nous avons eu un peu la même éducation, qui croyait encore aux mythes concernant les bébés. Mais toi, tu as eu le courage de renverser la vapeur. Tu as pris ta propre route. Je t'admire pour avoir eu autant d'audace, d'ambition, de confiance. Tu jongles avec les nouvelles théories de l'éducation, avec les nouvelles connaissances alimentaires, les savoirs au niveau de l'allaitement comme si tout ça étaient une deuxième peau pour toi.

Quand je me demande quoi faire avec brique de tofu, je pense à toi! (ha! Ha!)

Merci pour ta passion, ta soif de savoir, d'apprendre, de comprendre et surtout ton goût de transmettre tout ça sans prétention, sans jugement avec tout l'écoute et l'ouverture possible. -- Annie

Langage des signes pour bébé

Bonjour Betty,

Je t'écris suite à la formation de Langage des signes pour bébé que j'ai suivi chez toi à l'été 2006. Je tiens tout d'abord à te remercier d'offrir un aussi bel atelier aux gens de la région. Après avoir appliqué les techniques et conseils de cette méthodes, l'un de mes objectifs était de filmer mes jumeaux en pleine action. Je t'avais même fait part de mes intentions et je souhaitais te donner une copie de mon enregistrement. Je dois malheureusement m'avouer incapable de réaliser ce projet. Mon principal obstacle étant que mes enfants restent des enfants et n'ont aucun intérêt à défiler une série de signes pour mon plaisir personnel...Tout ce que je peux te capter, c'est des petits signes ici et là. Faute d'images, je trouvais quand même important de t'écrire un petit témoignage sur le plaisir qu'on retire à utiliser les signes.

Lorsque j'ai suivi la formation, les garçons avaient environ 11 mois, c'était en juin. Dès que je suis revenue à la maison j'ai tout de suite expliqué le tout à mon conjoint et je me suis mise à faire des signes aux garçons qui étaient dans leurs chaises hautes. Leur première réaction a été de me regarder comme si c'était un jeu et de rire. Le lendemain déjà l'un des garçons, Mathieu, imitait le signe du bain. Je ne crois pas qu'il faisait le lien avec la baignoire mais il prenait plaisir à faire comme maman. Les semaines ont passé et les garçons intégraient de plus en plus de signes (bain, lait, canard, manger, etc.). Je dois tout de même dire que Mathieu démontrait davantage d'intérêt que Thomas qui semblait plus tenter de gazouiller que de gesticuler. Je dirais que c'est vers l'âge de 14 ou 15 mois que la chose est devenue très amusante et surprenante. À ce stade, moi, mon conjoint et ma fille Léanne (âgée de 4 ans) avions pris l'habitude d'intégrer spontanément une vingtaine de signes. C'est donc à partir de l'automne que les garçons ont commencé à nous surprendre. De plus, au fil des mois, Thomas a commencé à montrer autant, sinon plus d'intérêt que Mathieu (preuve qu'il faut persévérer). Voici donc quelques faits vécus:

Lors d'un souper, les garçons sont fiers car ils commencent à manger dans des bols avec des ustentiles. Tout à coup, comme la grande majorité des bébés, Thomas vide complétement son bol. Par contre, il crie pour qu'on le regarde. Aussitôt notre attention captée, il s'empresse de nous faire le signe "chapeau" et place le bol sur sa tête, tout content. Le dégât qu'il avait fait venait de prendre un tout autre sens. Pour lui, le bol ressemblait à un chapeau...

À une autre occasion, les garçons s'amusent dans le salon. Assis sur des voiturettes, ils ont un plaisir fou à se suivre l'un derrière l'autre. Tout à coup, Thomas, qui est placé devant, s'arrête, se tourne et regarde Mathieu qui rit aux éclats. Premier signe de complicité...Thomas s'empresse de répéter à Mathieu le signe "encore". Mathieu répète le signe et les gars repartent de plus belle.

Aussi, à chaque fois que l'on entre ou sort d'une pièce avec Mathieu dans les bras, il nous fait le signe pour "lumière". Il a un plaisir fou à allumer et éteindre les lumières.

Ce qui est spécial, c'est aussi toutes les interactions que l'on peut avoir avec eux lorsque l'on regarde des livres. Thomas et Mathieu sont des passionnés des livres. Avec les signes, on réalise qu'ils comprennent vraiment plus qu'on le pense. On leur pose une multitudes de questions et ils nous répondent à l'aide des signes. Je dirais même que dès qu'on tourne une page, ils s'empressent de faire les signes représentant toutes les images qu'ils connaissent. On trouve parfois même que ça ressemble à de la compétition... Le plus génial dans tout ça, c'est qu'on a l'impression d'entrer dans leur imaginaire. Par exemple, l'une des images représente un jardinier avec son balai. Pour Thomas, ce dessin c'est un cheval...Ne me demandez pas pourquoi mais lui, il voit un cheval!

Aujourd'hui, les jumeaux ont 18 mois. Ils disent plusieurs mots. Je dirais même que leur langage est beaucoup plus développé que celui de Léanne au même âge.

Actuellement, leur manière de s'exprimer mélange signes et mots. Ils nous surprennent à faire de courts bouts de phrases. De plus, lorsqu'ils demandent quelque chose et que nous ne sommes pas aussi rapides qu'ils le souhaiteraient il jouent le tout pour le tout, mélangeant une série de signes et de mots à répétition (c'est trop drôle). Personnellement, je suis convaincue que cet outil les aide à développer le langage verbal.

Toute la famille s'est d'ailleurs approprié les signes. Par exemple, lorsque mon chum est dehors et qu'il est temps qu'il entre pour manger ou si je veux lui dire que je fais sortir le chien...je cogne dans la fenêtre et on se fait des signes ("manger", "chien"). Auparavent, je criais par la fenêtre pour tenter de lui dire ce que je voulais! Quant à Léanne, elle est fière de faire l'interprète entre les garçons et la gardienne. Elle se demande d'ailleurs pourquoi on ne connaît pas les signes de tous les mots qui existent...

Dans notre entourage, aujourd'hui les gens sont impressionnés de voir les gars gesticuler. Il faut dire que je note qu'au début, ma mère était incrédule et se moquait de nous quand on répétait des signes aux gars. Aujourd'hui, je peux vous dire qu'elle pose des questions et qu'elle tente elle aussi de communiquer avec les gars.

Avec du recul on se demande vraiment pourquoi ce n'est pas plus connu que ça... pourquoi les écoles n'initient pas les jeunes à ce langage universel? Tout ce qu'on peut dire c'est que le langage des signes nous permet de vivre des moments exceptionnels et nous laisse des souvenirs précieux. C'est certainement l'une des expériences les plus belles que j'ai pu vivre et que je vis encore avec mes bébés. Je considère ma famille privilégiée.

Sincèrement, merci!

Kathy Légaré
St-Sylvestre



Langage des signes pour bébé

Bonjour Betty!

Déjà longtemps que nous nous sommes vu! J'espère qu'à l'approche très rapide du temps des Fêtes tout va bien pour toi et ta famille. Je vois avec tes email que tu as des ateliers plus que jamais!

Je t'écris pour te donner des nouvelles de Félix qui a maintenant 14 mois. Félix en encore un bon ti bonhomme enjoué qui rit beaucoup. Il
marche depuis l'âge de 10 mois, alors depuis quelques mois nous courons après. Il déplace de l'air. Il danse, grimpe, fouille, a le nez partout, mais bon il sait de qui tenir, ses parents n'étaient pas reposant quand ils étaient petits ;-). Il fait toutes sortes de trucs le fun comme imiter la poule, le poisson. Il dit pas beaucoup de mot très clair, mais bon il dit papa (le mot qu'il dit à répétition), maman, chien et suce, mais il placotte tout le temps. Il omprend
beaucoup de chose, comme par exemple, le matin, lorsque je vais le chercher dans sa couchette, il sait que maman ne veut pas qu'on
apporte la suce en dehors, alors il me me tend pour la mettre dans un petit panier. Mais bon c'est sûrement pas ça qui t'interresse le plus...

Nous avons continué à lui faire des signes, nous en avons pas ajouté depuis le début, car nous voulions qu'ils comprennent ceux-là avant. Le signe du bain, du lait, tout fini (papa et maman au début, mais il a commencé à les dire avant). Ça fait longtemps qu'il les comprend. Le premier signe qu'il a fait c'est un soir vers l'âge de 10 mois, je lui ai demandé s'il voulait prendre son bain en lui faisant le signe et soudainement il s'est frotté la bedaine. Le soir suivant la même chose... mais à jusque pas longtemps plus rien. Mais bon nous sommes habitué avec Félix une semaine il fait quelque chose et l'autre il ne le fait plus et la semaine suivant oups il commence. Un peu après un an, il a commencé à nous faire à notre grande surprise le signe du
lait à notre demande. Un beau signe, très évident. Le plus beau, la semaine passé, je vais le chercher dans sa couchette, il se lève debout, lâche la suce, lâche les bareaux de la couchette et me fait avec les 2 mains, le signe du lait, wow j'ai vraiment trippé! Cette semaine, encore à plusieurs reprises aussitôt levé il fait le signe. Nous voyons que depuis un 2 semaines il est vraiment interressé par les signes et il semble même nous trouver drôle. Il me trouvait bien drôle cette semaine lorsque je lui faisait le signe du ballon. En même temps que le signe du lait il a recommencé à faire le signe du bain et c'est vrai depuis longtemps il fait le signe tout fini après avoir mangé. Fait surprenant, Félix s'est fait gardé chez ma mère hier soir, elle m'a dit qu'il n'arrêtait pas de lui faire un signe, mais elle ne savai pas s'était quoi. Après réflexion, je lui ai expliqué au téléphone le signe du ballon et elle m'a dit que c'était tout à fait ça, car en plus il jouait avec un ballon.

Betty c'est vraiment là qu'on découvre la magie des signes et je t'en remercie. Mon chum était interressé mais là il commencait à l'être moins, mais depuis une semaine, il regarde l'aide-mémoire et veut en montrer des nouveaux. Il lui montre le signe de la banane, mais moi je pense qu'il dira le mot avant. Le signe du ballon je lui ai fait seulement 5-6 fois au max et voilà! Il faudrait que j'essaie de le filmer, mais bon ça sera pas facile, mais promis je vais essayer dans les prochaines semaines.

Ah oui autre Félix adore les livres, tu veux lui faire plaisir? Apporte le dans sa chambre choisir un livre et ses yeux deviennent illuminés. On lui demande où est tel où tel chose dans les livres et il se fait un plaisir de nous les pointer.

Il me semble que le temps passe trop vite, ils apprennent vraiment à une vitesse éclair à cet âge!

Au plaisir!

Marie-Claude et Félix

P.S. Je te joint quelques photos de Félix pour te rappeller de
lui... ;-)




Langage des signes pour bébé

Bonjour,
C'est moi Danyelle l'éducatrice en milieu familiale qui a assisté à la formation. Deux semaines plus tard, la pritite Leilia m'a fait un beau cadeau.

Alors que je changeais de couche un autre enfant de la garderie, elle m'a fait un petit cri et le signe de la couche... je lui aie confirmée que c'est ce que je faisais. Elle m'a fait un beau sourire.

Hier, assise dans la chaise haute pour son gavage, elle se dandine lorsque sa couche est sale, ce qu'elle faisait. Je lui fais le signe en lui disant on va changer ta couche? Elle me regarde et fait le signed u dodo. Je lui redemande si elle veut que je change sa couche, elle fait signe dodo et arête de gigoter sur sa chaise. J'étais encore perplexe. J'ai vérifié sa couche qui était proper, l'aie mise au lit en moins de 2 minutes, elle dormait.

C'est pour moi un beau cadeau. Même si sa maman n'est vraiment pas prête à l'idée je me suis dis que si Leilia lui montrait qu'elle veut dire des choses celà passerait mieux. Ce matin, la maman m'a demandé si j'ai parlé du chaud avec Leilia. Je dis oui sans parler des signes, car elle m'a alors signalé qu'hier chez elle, chaque fois qu'au souper elle a vu les plats et tasses elle faisait le signe chaud.

J'attends ce soir, car le vendredi après-midi, la mama nest plus disponible et prend son temps à la garderie pour lui reparler du langage des signes. Je pernses vraiment que cela stimule Leilia à communiquer avec nous et cela la motivera pour la parole aussi. Les autres enfants sont magnifiques avec elle pour essayer de la faire parler et on "embarquer" dans mon jeu des signes pour aider Leilia à nous dire ce qu'elle veut avec plus d'enthousiaste que tous les parents réunis à la formation.

Voilà brièvement l'expérience. J'ai pensé que cela vous aiderais à continuer. J'ai du "m'expliquer" avec la conseillère pédagogique sur le sujet lorsqu'elle a su que j'avais fais la formation. Elle avait peur qu'on mette de la pression sur le bébé pour qu'il apprenne plus tôt. J'ai discuté avec elle et ensuite elle m'a remercier, car c'est une amie à elle qui utilize la méthode à outrance... dommage.

Merci encore!

Danyelle.

Soins d'urgences bébés/enfants/adultes

J'ai sauvé la vie de mon fils!


Mon histoire avec Zacharie, voici ce que je tiens à vous raconter:

Mon fils, Zacharie, est né le 3 novembre 2005.

Il est ce qu'on appel un bon bébé, 12 heures de dodo la nuit depuis qu'il a 3 semaines, il boit super bien aux 3 ou 4 heures, il n'a pas eut de coliques ou presque, il fait ses dents sans crises majeur... un bon bébé, sauf qu'il a un défaut, c'est qu'il régurgite facilement... très facilement. Si facilement qu'il y a toujours du lait qui sort avec chaque rot, avec chaque changement de position bien souvent et à n'importe quel moment, même juste avant de boire son prochain biberon. Vive les bavettes et serviettes à portées de la main en tout temps. Le pédiatre diagnostique une valve immature, ce qui est assez fréquent et peu varier d'un bébé à l'autre, celle-ci prendra peu ou plusieurs mois à devenir 100% fonctionnel en tout temps. Il n'y a rien à faire sauf attendre et faire attention.

Étant un peu nerveuse de nature et préventive par conviction, j'ai suivie un cours de formation de soins d'urgence sur les bébés et enfants juste avant d'accoucher (septembre ou octobre 2005) avec la conviction profonde de bien apprendre les choses sans que cela puisse vraiment servir un jour.

Tout ceci m'amàne au soir du 7 avril 2006 à 17h30. Zacharie a 5 mois, il vient de finir un biberon, il a fait son rot, je le met dans son parc pendant que je prépare ses céréales. Je le laisse environ 2 minutes, le temps d'aller au frigo et de démarrer le chauffe-biberon avec le lait des céréales. Je reviens au parc pour prendre mon bébé et l'amener à sa chaise-haute, oh panique, il est couché sur le dos, il se débat et tourne la tête sur le côté, il a le visage plein de lait, il y a du lait qui coule de sa bouche et de son nez, il est rouge et ne fait aucun son...

A partir de cet instant, la vie roule à 100 milles à l'heure dans mon cerveau.

Je le retire du parc et le met sur la table de la cuisine, je vérifie sa respiration mais il n'y a rien qui sort et rien qui entre, il a pouls.
Il me regarde avec des yeux désespérés, il me demande de l'aide, je le vois, je le sens.
J'habite en campagne et les secours sont loin et long à venir, je veux de l'aide le plus rapidement possible alors je prend le sans fil et compose le 911.
En même temps, j'amorce les manoeuvre de réanimation respiratoire, main sur la mâchoire, renverse le bébé sur l'avant-bras, visage vers le sol...
Le 911 me demande la raison de mon appel:
J'ai un bébé de 5 mois qui vient de s'étouffer avec du lait, il ne respire plus, je fais présentement des manœuvres.
Je commence à donner des claques dans le dos, 1...2...3...
Le 911 me demande mon adresse, je la donne sans vraiment y penser, c'est un automatisme.
Je retourne le bébé pour vérifier s'il respire... rien n'a changer. Je le dis au 911.
Je recommence les manœuvres immédiatement... plus vigoureusement à mon avis.
Le 911 me confirme que l'ambulance est en route, il me demande où j'en suis avec les manœuvres.
Le désespoir veut me gagner, je pleure, je suis seule avec mon téléphone et mon bébé rouge qui ne respire pas...
Je demande à Dieu de m'aider, je lui demande de respirer, je lui cris de respirer, tout cela dans la même seconde...
Et enfin, après une éternité, me semble t-il, une flaque de lait gicle sur le sol.
Je retourne le bébé, il respire si difficilement qu'on peut à peine dire qu'il respire, il est rouge, les yeux exorbités, râle faiblement.
Je le regarde à travers mes larmes, il crache, respire un peu, tousse, mouche, respire un peu encore.
Le 911 me demande ce qui se passe, je lui dis qu'il semble respirer difficilement, il est toujours rouge.
Puis, Oh bonheur, il pleure, il crie, jamais une mère n'a pleuré de joie comme moi en l'entendant pleurer.
Le 911 me signale qu'il entend le bébé qui pleure, que tout va bien.
Il me demande de pomper le lait dans son nez car c'est douloureux. De relaxer, il est sauvé.
Dès que je le fais, il se calme.
Le 911 me dit qu'il est rare qu'un bébé s'étouffe dans son lait, un liquide fini normalement par passer.
Ce n'est malheureusement pas le cas pour un jouet ou une partie de jouet.

Il me signale que bien des bébés seraient sauvés si toutes les mères étaient efficaces comme moi.
Il me félicite et me dit: Madame vous venez de sauver votre enfant.

Après une nuit à l'hôpital, on me confirme que, puisque j'ai fait les bonnes manœuvres de la bonne façon, mon bébé n'aura pas de pneumonie, le lait ayant sortie au lieu de descendre dans les poumons. De plus, puisque j'ai fait tout cela rapidement, il n'a pas eut le temps de devenir bleu, perdre connaissance et manquer d'oxygène au cerveau. Toutes des bonnes nouvelles.

Malheureusement, après je devais vivre avec la peur du silence, car un bébé qui s'étouffe ne fait pas de bruit, ne crie pas.
Il est maintenant rendu à 11 mois, régurgite encore un peu, beaucoup moins, et est en super forme.
Il est ma joie de vivre et mon bonheur à toute heure.

Je vous recommande fortement de suivre une formation de soins d'urgence pour bébé, ça a sauvé mon Zacharie.

Merci de me lire et à bientôt

Sylvie Nadeau
St-Gervais

Ateliers thématiques

Salut Betty!

Depuis belle lurette que nous nous connaissons, et nous avons toujours su garder contact. Nous nous respectons mutuellement chacunes dans nos espaces. Quelle belle amitié nous avons conservée au fil du temps.

Je suis donc tentée de t'écrire ce petit mot d'encouragement qui fait tant de bien à recevoir.

Dans mon métier d'ostéopathe, tu as su alimenter ma passion pour le monde périnatal. En effet, grâce à toi, j'ai pu améliorer mon expertise dans ce domaine.Avec une grande variété de cas, toujours plus uniques les uns que les autres, je cherche aussi constamment à m'améliorer et à aider de plus en plus de gens.

La clientèle que tu m'envoies m'arrive, chaque fois, avec des besoins précis et tout à fait bien préparée. De ce fait, ils sont presque déjà autonome quant à l'hygiène de vie ou aux exercices. En général, ce sont des parents, futurs parents ou bébés calmes. Une belle société à venir quoi!

Merci Betty, de m'avoir redonné confiance en moi et de me permettre d'adorer mon travail encore plus chaque jour!

D'une bonne amie,
Julie Poulin, ostéopathe.